Historique de la Grise du Vercors

Elle est issue d’un croisement au début du XXème siècle entre les poules noires présentes dans les fermes du Vercors et les poules introduites par les Italiens de la région de Vénétie venus dans le Vercors pour exploiter le bois.

Ces saisonniers arrivaient chez nous avec leurs volailles. Le plumage gris moucheté de leur race appelée « cuccola » a beaucoup plu aux fermières de la région qui introduisirent cette race dans leur poulailler.
Leur croisement avec les poules locales a donné une population de volailles aux caractéristiques homogènes. Une nouvelle race était née : La « Grise du Vercors »

Phénotype

Elle est de couleur coucou c'est-à-dire que chaque plume est noire barrée plus ou moins de blanc ce qui donne une couleur d’ensemble gris moucheté

  • Coq : couleur coucou clair, oreillons blancs, grandes faucilles à la queue, pattes rosées, poids : plus de 3 kg
  • Poule : mêmes caractéristiques avec une couleur plus foncée, produisant des œufs à coquille blanche ou rosée, poids : de 2 à 3 kg
Les origines de La Grise du Vercors

C’est une volaille rustique adaptée à l’élevage en plein air et à notre climat hivernal rigoureux. Elle permet de donner des poulets à chair fine et exquise. A l’issue de la 2ème guerre mondiale, l’arrivée de races étrangères puis des volailles de type industriel a fait disparaître cette poule de nos fermes.

Évelyne Tézier fait revivre cette race de poule perdue. Les premières productions fermières vont démarrer après un long travail patrimonial, scientifique et économique.

Cette histoire débute avec une directrice d'école du Pays du Royans dans la Drôme qui n'a jamais oublié ses racines paysannes et se souvient d'une poule grise typique de son Vercors, très présente dans les fermes de son enfance. Dotée d'une basse-cour, Elle décide dans les années 90 de retrouver la trace de cette race oubliée. Photos et témoignages des anciens nourrissent sa quête. Ce travail de fourmi est récompensé

Elle se pique alors au jeu de la recherche génétique et entreprend de rechercher les races porteuses des bons gênes et susceptibles, au fil des croisements, de redonner vie à sa belle poule du Vercors. Faute de souches suffisamment pures, ces croisements font appel à des souches qui ressemblent le plus au phénotype recherché.
La poule de Barbézieux originaire du Sud-Ouest est choisie pour son type méditerranéen, la Coucou des Flandres pour sa couleur et ses oreillons sablés de blanc, la Coucou des Malines pour sa couleur et la saveur de sa viande, et le poulet de Bresse pour ses caractéristiques de ponte (nombre et couleur blanche des oeufs).

Une association est créée, Ouantia, rassemblant amoureux du patrimoine et agriculteurs. Débute alors un long travail de croisements .L'association se mobilise et, sélectionne les « bons » sujets année après année. Ce labeur est récompensé par l'établissement d'un standard de race Si le phénotype est stable il faut encore améliorer et homogénéiser le génotype en vue de la production de poussins à destination des élevages. Ce travail est confié au centre de sélection de Béchanne

En savoir plus sur l'association Ouantia

Elle est constituée de 2 collèges qui regroupent des amateurs et des professionnels passionnés

Elle a pour but de développer et promouvoir l’élevage de la poule « Grise du Vercors »

  • En réalisant une sélection des meilleurs sujets : mise en place d’un programme de sélection au centre de Béchanne dans l’Ain.
  • En favorisant la création d’élevages non industriels pour las agriculteurs locaux
  • En effectuant la promotion des produits issus de la poule du Vercors (poussins, œufs, viande)

Elle est propriétaire de la marque  « Grise du Vercors » qui a été déposée à l’INPI car cette race de volailles n’est pas encore reconnue en tant que race. 

Professionnels

Ce projet Volaille « Grise du Vercors » a donc un triple objectif : Economique, territorial et Social.

Economique : Diversification des exploitations du Royans et du Vercors sachant que les productions Traditionnelles du secteur (production laitière – viande Ovine et bovine – Noix, etc.) sont régulièrement mises à mal par la mondialisation des produits et qu’une production complémentaire de volaille fermière est assez facile a mettre en place à maîtriser et à gérer .

Au niveau économique n’oublions pas que cette Volaille intéresse également et à juste titre des Bouchers , restaurateurs, Ferme Auberge  présents sur  ce territoire et qui ne demandent qu’à travailler en lien avec les agriculteurs pour mettre en valeur la « Grise du Vercors »-